AUTISTE ET SPORTIF, POURQUOI PAS MOI ?

Les clubs sportifs classiques ne sont pas toujours en mesure d’accueillir des enfants TSA notamment en raison du manque de formation des encadrants.

Les structures de “sport adapté » qui accueillent exclusivement des enfants avec handicap, ne correspondent pas toujours au souhait des familles qui recherchent la mixité et l’inclusion en milieu ordinaire.

Il existe peu d’éducateurs  sportifs formés à l’autisme, susceptibles de proposer des séances individuelles pour l’apprentissage de la natation, du vélo, du roller ou de tout autre activité.

Le sport peut être un outil éducatif et thérapeutique essentiel pour faire progresser les personnes avec autisme :

  • en améliorant : force musculaire, endurance, équilibre, coordination, motricité fine, qualité du sommeil, écoute et concentration, facultés intellectuelles
  • en diminuant : hypersensibilité sensorielle, stress et anxiété, hyperactivité, agressivité, autostimulation, toc et comportements inappropriés..

En résumé, le sport joue un rôle majeur dans l’autonomisation et la socialisation des enfants avec autisme : on se confronte à des règles, on apprend à gérer ses émotions, à échouer et persévérer, on améliore son estime de soi et on développe ses habiletés sociales...



Autiste et sportif,
pourquoi pas moi !

Vous êtes intervenant sportif à votre compte ou dans un club. Vous souhaitez accueillir un enfant avec autisme en leçon individuelle ou collective.

Découvrez le mode de fonctionnement, les particularités, les manifestations de l'autisme afin d'établir la relation avec l'enfant et mettre en place les adaptations nécessaires pour répondre à ses besoins.

Co-animé par Marie Lourdais, psychologue spécialisée dans les trouble du spectre de l'autisme et Thomas Dal-Ben, coach sportif diplômé APA-S (activités physiques adaptées et santé)



AUTISME ET NATATION

160 fois plus de risques de noyade chez les enfants autistes

Un article paru dans Huffpost en mars 2017 titrait "Pourquoi les parents d'enfants autistes doivent le plus tôt possible leur apprendre à nager".

Selon une étude de la faculté de santé publique de l'Université Columbia révélait que : "les enfants autistes ont 160 fois plus de risques de noyade que le reste de la population pédiatrique". Le Docteur Li explique que ces enfants sont fortement attirés par l'eau, un élément qui les rassure, d'où l'importance de faire apprendre à nager à ces enfants très tôt.

En 2018, en France, 332 noyades accidentelles ont touché les enfants de moins de six ans, soit 85% de plus qu’en 2015.
Et les jeunes enfants ne sont pas les seuls concernés : "la moitié des collégiens, en fin de classe de sixième, ne savent pas bien nager".

Dans un entretien accordé au Parisien le 14 avril 2019, Roxana Maracineanu, ministre des Sports et ancienne championne du monde de natation, annonce ainsi le lancement d’un plan "Aisance aquatique". Le but : apprendre aux enfants à évoluer dans l’eau en toute sécurité et faire ainsi chuter le nombre de noyades accidentelles.

Mais qu'en est-il du dispositif quand il s'agit d'apprendre à nager à des enfants autistes ? Quelle est le niveau de formation des MSN en matière d'autisme ?  Comment adaptent-ils leurs méthodes et pratiques ?

J'APPRENDS A NAGER by IKIGAÏ

Au programme

  • Sensibilisation des MSN aux spécificités cognitives, sensorielles et communicatives et comportementales des enfants avec autisme pour adapter l'accueil et l'accompagnement de l'enfant.
  • Mise en pratique, en bassin, sous la supervision d'un expert de l'autisme.
  • Recherche de conditions "idéales", dans des piscines publiques ou privées : température de l'eau, acoustique, chlore, affluence, préparation de l'enfant en amont...

Difficultés de coordination et maladresse chez les personnes autistes

Les difficultés motrices et de coordination peuvent prendre plusieurs formes et occasionner de la maladresse chez les personnes autistes.

Les personnes autistes peuvent avoir des difficultés à synchroniser les mouvements des jambes et des bras, particulièrement lorsque la personne est en train de courir (Guilbert 1989, Hallett et al. 1993). Un retard d’acquisition est observé dans la petite enfance concernant la marche, et certaines activités demandent une guidance plus importante, comme le fait d’apprendre à lacer ses chaussures, s’habiller ou utiliser les couverts. La motricité fine qui permet de réaliser des activités minutieuses en faisant des mouvements précis peut être impactée. Les enseignants remarquent souvent des difficultés dans les activités de motricité fine comme l’utilisation des ciseaux ou de l’écriture. Les activités demandant une coordination ainsi que le sens de l’équilibre sont acquises plus difficilement, tel que le vélo ou le skateboard. Très jeunes, les enfants autistes peuvent également avoir du mal à situer leur corps dans l’espace et se cognent dans les objets, les cassent ou renversent souvent leur verre ou assiette.

Les professeurs d’éducation physique remarquent souvent que les enfants ont des problèmes de coordination et sont peu performant dans leur capacité à attraper, jeter, ou frapper une balle.

Selon un article paru dans la revue Spectrum News, 50 à 80% des personnes autistes seraient concernées par les difficultés de coordination motrice. Une meilleure détection permettrait de mettre en place des solutions lorsque ces problèmes deviennent trop importants.

Ces difficultés motrices et de coordination entraînent une maladresse chez les personnes autistes dans les actes quotidiens de la vie qui peut aboutir à une mise à l’écart sociale, soit parce que l’enfant perçoit qu’il est moins bon que ses camarades dans ces domaines et se met à l’écart, soit que ses pairs l’écartent des jeux par manque de performance de sa part.

source : www.comprendrelautisme.com

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.